Qui est le responsable : l’œuf ou la poule ?

Chaque jour, comme toute ménagère digne de ce nom, je me demande « que va-t-on manger ce soir ? ». Je pourrais, bien sûr, visiter les pages web qui proposent des recettes faciles à préparer et peu onéreuses mais il me manque toujours un ingrédient et parfois aussi du temps. Et c’est sans compter avec certains de mes convives qui n’aiment pas les brocolis, le saumon, les épinards, le flétan, les champignons, la sauce béchamel,… ou qui sont au régime.
Je me permets donc de vous communiquer l’astuce qui me sauve la vie à chaque fois que je dois cuisiner : une lecture attentive des propositions de loi déposées au Parlement.

Publication initiale le 29/11/2012

Aujourd’hui, je vous parlerai de l’œuf qui est, semble-t-il, devenu le sujet d’étude du député Thierry LAZARO. Quoi de plus anodin qu’un œuf, me direz-vous ? Vous croyez que l’œuf est un produit de grande consommation facile à accommoder à toutes les sauces et bon pour les enfants ; c’est ce que je m’imaginais aussi avant de prendre connaissance de la proposition de loi déposée par monsieur LAZARO.

L’œuf (ou plus exactement, le jaune d’œuf) serait un produit dangereux qui aurait sur nos artères les mêmes effets que le tabac. Il ne me viendrait évidemment pas à l’idée de contester cette affirmation compte tenu de mes connaissances pour le moins limitées en ce domaine.

Afin de réduire la consommation de jaunes d’œuf (enfin… d’œufs tout simplement car je ne connais pas dans mon quartier de supermarchés proposant la vente séparée des blancs et des jaunes ; si vous avez de bonnes adresses, merci de les noter dans les commentaires), l’honorable parlementaire propose que les œufs soient commercialisés dans des boîtes neutres (génériques).

L’idée du « paquet neutre » a déjà été évoquée pour les cigarettes sans que personne n’ait réussi à prouver que les fumeurs habituels réduiraient leur consommation (seuls 2 à 3% des fumeurs européens seraient influencés par la présentation du paquet). Certains prétendent même que le paquet neutre faciliterait la commercialisation de cigarettes de contrebande.

Cette proposition permet d’éviter une taxation des poules (qui avait été un temps envisagée) car les poules sont « les véritables responsables de la consommation des œufs », comme n’hésite pas à l’affirmer Thierry LAZARO.

Considérant que le coût social de la nourriture industrielle (la « malbouffe ») serait quatre fois supérieur à celui du tabac, ce député s’interroge sur la pertinence des paquets, boîtes et plus généralement contenants neutres pour les boissons gazeuses, les hamburgers, les pizzas,…

Thierry LAZARO cite d’autres facteurs, tels que l’utilisation des véhicules fonctionnant au diesel, qui mettent en danger notre santé, mais il ne semble pas favorable à une modification de la législation sur cette question alors que notre pays serait « au paroxysme de la crise du secteur automobile ».

Nous pouvons donc en déduire que la poule ne connaît pas la crise (sauf chez Doux et bien d’autres), c’est pourquoi l’utilisation de boîtes d’œufs neutres s’impose.

 

Personne ne sait de quoi l’avenir sera fait. Après la révolte des pigeons, qui nous dit que nous ne connaîtrons pas la révolution des gallinacés ?

Vous apprécierez comme moi, je l’espère, l’extrême implication de nos parlementaires dans la résolution des soucis qui polluent notre quotidien. Un petit mail de remerciement adressé à Monsieur LAZARO (à envoyer ici) ne serait pas superflu ; pas vrai ?

4 réflexions sur « Qui est le responsable : l’œuf ou la poule ? »

  1. Bonjour,

    C’est dommage que ce député se soit limité aux oeufs des poules car dans le monde beaucoup d’autres sont consommés par exemples ceux des : canes, cailles, oies, dindes, perdrix, autruches et même ceux de poissons (le plus connu étant le caviar et les œufs de lump). Ajoutons aussi ceux des tortues et d’autres mollusques.

    Encore un petit effort Monsieur le Député et vous aurez fait le tour de ce problème qu’il est urgent de traiter.

  2. Ci-dessous, copie du mail de remerciement adressé ce jour à M. LAZARO.
    Avec des élus comme ça, c’est sûr, on va redresser la France !

    Bonjour M. LAZARO,

    J’ai vu ce jour sur un blog du site cBanque que vous étiez l’auteur d’une importante contribution sur l’utilisation d’emballages neutres pour inciter à réduire la consommation d’oeufs et je tenais à vous en remercier.

    En effet, il est clair que les français n’en attendent pas moins de leurs élus alors que les entreprises ferment les unes après les autres et que notre civilisation occidentale même est au bord de l’effondrement.

    D’autre part, je vous sais gré d’avoir su éviter l’instauration d’une nouvelle taxe, travers dans lequel tombent trop souvent vos confrères de l’Assemblée Nationale.

    Aussi, je vous renouvelle mes félicitations et mes remerciements et je vous prie d’agréer, M. LAZARO, mes meilleures salutations.

  3. Les boites d’oeufs sont actuellement le seul moyen d’acheter des oeufs de poule élevées en plein air et non pas en batterie. La suppression de cette identification me parrait être un encouragement à la maltraitance animale.

    Concernant les fast-foods, je suis persuadé que les grandes chaines préfèreront continuer à vendre en boite non-neutre et payer une amande dont le coût sera repercuté sur le prix du produit. Les véritables impactés seront donc les petits commerçants chez lesquels on peut parfois trouver des sandwichs maison moins salé ou gras quand dans les chaines…

  4. Après un contrôle effectué sur site (à l’hypermarché près de chez moi) samedi dernier, je confirme que les œufs « 1er prix » sont vendus dans des emballages en plastique transparent ou en carton gris/blanc. Il faudrait être particulièrement obtus pour considérer que ces emballages sont spécialement attrayants.

    Même les œufs les plus chers ne sont pas proposés dans des boîtes très sophistiquées (sauf si l’on considère que la photo de la poule qui y figure est une incitation à l’achat). Y en a qui ne font pas souvent les courses, on dirait.

    Et puis, si on achète des œufs, c’est pour préparer des omelettes, des crêpes, des quiches, des gâteaux,… Bref, c’est pour manger du « fait maison » et pas de la nourriture industrielle.

Les commentaires sont fermés.