Alerte à la bombe dans le monde des médias cette semaine alors que la carte bancaire débarque en Corée du Nord

Des baguettes de pain au bord de l’explosion

La Une du 17 novembre 2012 de The EconomistDepuis hier, la Une de l’hebdomadaire britannique The Economist fait couler beaucoup d’encre dans la presse française. Il faut dire aussi que nos confrères d’outre-Manche n’y sont pas allés avec le dos de la cuillère de la Reine et ont illustré leur une du 17 novembre de sept baguettes de pain maintenues par une écharpe tricolore et surmontées d’une mèche allumée, telles des bâtons de dynamite prêts à exploser. Cette photographie est accompagnée du très éloquent titre « The time-bomb at the heart of Europe » qui peut être traduit par « La bombe à retardement au cœur de l’Europe ». Les bons patriotes que nous sommes avons immédiatement été choqués, vexés ou blessés dans notre orgueil mais certainement pas amusés par ce qu’il ne semble pas être de l’humour anglais, nos dirigeants politiques en tête…

Interrogé sur iTélé, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a évoqué un journal qui utilise « l’outrance pour faire vendre du papier » et qui « n’impressionne pas du tout la France ». Et le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, n’est, en effet, pas impressionné, affirmant sur Europe 1 que « The Economist ne s’est jamais distingué par son sens de la modération. C’est le Charlie Hebdo de La City ». Même la patronne des patrons, Laurence Parisot, semble être aux côtés du gouvernement sur ce sujet puisqu’elle a affirmé sur BFMTV et RMC que l’hebdomadaire avait « un temps de retard parce que tout son dossier a été conçu avant le rapport Gallois et les premières décisions du gouvernement en faveur de la compétitivité de notre pays ».

Le site 20minutes.fr a donné l’occasion à The Economist de s’expliquer par la parole de son rédacteur en chef Europe, John Peet. Ce dernier contredit précisément Jean-Marc Ayrault en expliquant que « cette Une et cet article ont pour objectif d’encourager la France […]. Le style de la maison n’est pas d’être racoleur mais bien de considérer les problèmes, de les analyser et de dire ce qu’il faut faire ».

Une ouverture économique très contrôlée en Corée du Nord

Le Figaro nous a appris cette semaine que la Corée du Nord venait tout juste « de se doter du système de paiement par carte électronique ». La dictature communiste reste toujours très opaque pour le reste du monde, Le Figaro reprenant ici des informations du site sud-coréen Daily NK. Les grands magasins de Pyongyang se sont donc équipés récemment d’un système de paiement par carte de débit. Les 23 millions de Coréens du Nord ne voient pas forcément d’un bon œil cette ouverture économique et craignent un mauvais tour de leur jeune leader Kim Jong-un. Le quotidien nous explique que la population « redoute que l’introduction de la carte bancaire en wons [la] force à entreposer ses bas de laine à la banque publique, à la merci d’une confiscation arbitraire de la part d’un régime toujours à court de cash ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: