Dans l’actu de la semaine : le Livret A, Moscovici et la revanche du Nutella

Tensions autour du Livret A

La collecte d’épargne réglementée (Livret A et LDD) a battu tous les records en octobre. Nous en avons commenté les chiffres cette semaine. Un succès, consécutif à la hausse des plafonds de versement au 1er octobre, qui, selon Les Echos, ravive « les tensions entre la Caisse des dépôts et Bercy ».

Le gouvernement, en effet, travaille à un projet de réforme du Livret A, qui dépasserait le simple relèvement des plafonds. Parmi les pistes examinées, une baisse de la commission perçue par les banques en échange de leur collecte. Cette rémunération, actuellement égale à 0,5% des sommes centralisées à la Caisse des dépôts, pourrait passer à 0,4%, ce qui aurait pour conséquence de diminuer le coût de la ressource, destinée notamment à financer les bailleurs sociaux.

Mais en échange de cet effort, les banques réclameraient une diminution du taux de centralisation : elles doivent actuellement transférer 65% de leur collecte à la Caisse des Dépôts. Pas question, a répondu le patron de cette dernière : pour que les fonds du Livret A continuent à remplir leur mission, « il est nécessaire de réduire les taux de commissionnement et de maintenir le taux de centralisation », a expliqué Jean-Pierre Jouyet, mercredi, à la commission des finances du Sénat. Résultat : « Bercy semble coincé et il ne serait pas étonnant que la réforme soit reportée » explique une source anonyme, cité par Les Echos. A suivre.

Le « cancre » Moscovici

16e sur 19 : c’est la peu enviable place occupée par Pierre Moscovici au classement des ministres des finances européens. Ce top 19 est proposé chaque année – depuis 2005 – par le Financial Times, qui se base sur les votes de sept économistes. Les ministres sont ainsi jugés sur deux critères principaux, nous explique un article publié cette semaine sur Challenges.fr : « leurs compétences économiques et politiques, et leur crédibilité aux yeux des marchés financiers. »

Que reproche-t-on exactement à Moscovici qui, après tout, n’est à Bercy que depuis quelques mois ? Challenges cite Jacques Delpla, un des économistes choisis par le FT :

« Malgré le soutien sans limite de François Hollande, Pierre Moscovici a déçu. Il nie l’importance des problèmes. Il maltraite avec excès les entreprises et s’est surtout engagé sur des mesures populistes (blocage des prix de l’essence). »

L’an passé, François Baroin avait fait à peine mieux, 15e. Très loin de Christine Lagarde qui, en 2010, juste avant son départ pour le FMI, avait décroché la première place du classement, désormais occupé par Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des finances.

« Touche pas à mon pot ! »

Il y a deux semaines, nous vous parlions sur ce blog de « l’amendement Nutella », surnom retenu pour un texte du budget de la Sécu prévoyant d’augmenter de 300% les taxes pesant sur l’huile de palme, matière grasse présente en quantité dans la célèbre pâte à tartiner, et dont l’impact sur la santé fait polémique.

Eh bien, cet amendement, issu des rangs écologistes, est aujourd’hui en sursis, puisqu’il a été repoussé mercredi par la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale. Une (presque-)victoire fêtée à sa juste valeur par la « Team Nutella », fan-club informel sur les réseaux sociaux d’amateurs de la pâte choco-noisette, par exemple sur cette page Facebook baptisée avec humour « Touche pas à mon pot ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: