Un smartphone pour tous !

Ce sont les grands groupes technologiques qui doivent se frotter les mains ! Les Echos en a fait sa Une hier : les smartphones seront bientôt plus vendus sur la planète que les téléphones basiques. D’après une étude du cabinet de recherche IHS iSuppli, nos petits joujoux électroniques représenteront 54% des ventes mondiales de téléphones en 2013 contre 46% cette année (et seulement 35% en 2011).

La France n’échappe pas à la règle. Chez nous, les smartphones devraient même détrôner leurs ancêtres dès cette année. Il faut dire aussi que les Français sont très friands de ces téléphones suréquipés… et chers ! Au premier trimestre de cette année, plus d’un téléphone sur trois vendu en France valait plus de 400 euros. Une jolie somme à débourser pour l’utilisateur surtout si celui-ci passe par un opérateur « low-cost » qui ne subventionne plus l’appareil, c’est-à-dire qui ne le propose plus à un prix dérisoire.

C’était sans compter sur les opérateurs mobiles qui ont la solution à tous nos problèmes… Comme on vous l’a présenté cette semaine sur cBanque, B&You propose depuis ce lundi des solutions de financement pour acquérir un nouveau téléphone mobile avec Cofidis, plus précisément avec sa filiale 1euro.com. Un simple crédit à la consommation, accessible directement en ligne sur le site de l’opérateur, avec un TAEG fixe à 9,80%. Histoire de gonfler encore un peu plus la note du consommateur… Bouygues, par le biais de sa filiale B&You, ne fait que suivre une tendance mise en place en France par Free Mobile qui propose déjà des crédits à la consommation, via Crédit Agricole Consumer Finance.

Et si finalement, c’était plutôt les organismes de crédit qui se frottaient les mains de cette explosion du marché du smartphone ?

7 réflexions sur « Un smartphone pour tous ! »

  1. Quand on met ce prix dans un téléphone (plus du tiers du SMIC – sans compter le coût de l’abonnement) et qu’on vient se plaindre d’avoir du mal à joindre les 2 bouts ou que la vie est trop chère, il ne faut pas s’étonner de ne pas être pris au sérieux… Ce n’est apparemment pas la crise pour tout le monde.

  2. Les organismes de crédit jouent aussi le rôle d’accélérateur de la consommation.
    A titre personnel, je trouve plus sain de payer son téléphone comptant ou à crédit mais de ne pas avoir d’engagement avec l’opérateur pendant 2 ans !

  3. Bonjour,

    Avec les paramètres indiqués soit :
    + Prix 597€
    + 11 échéance de 53,10€
    + Un douzième échéance de 49,37€
    => je voudrais bien que l’on m’explique comment le TAEG serait de 9,80%

    => Avec ces données moi je trouve ~/~ 11,79% ???

    Cdt

  4. Oui, Aristide, en utilisant la calculette du site, on arrive au même TAEG que celui que tu as calculé. Le communiqué de presse (à partir duquel a été rédigé cet billet) ne peut (me semble-t-il) être considéré comme une publicité au sens des articles L311-4 et L311-5 du code de la consommation.

    En conséquence, l’émetteur de ce communiqué peut se permettre d’y insérer des « fantaisies ». :wink:

  5. Hum !!!

    Art L.311-4 : « Toute publicité quel que soit son supporet …. »

    Artl L.311-5 : « Dans toute publicité écrite quel que soit son support…. »

    Dans beaucoup d’Etablissements (dont un que tu connais bien) même les simulations qui – contrairement à la publicité – sont pourtant spécifiques à chaque emprunteur, sont assimilées à de la publicité.

    Et puis peux t-on dire que qu’un TEG minoré de 2 points par rapport à la réalité soit « un fantaisie » ?

    Moi je dirais plutôt quec’est de la publicité mensongère.

    Attendons de voir si les associations de consommateurs réagissent ou non.

    Cdt

  6. Oui mais les questions qui se posent réellement sont « Qu’est-ce qu’une publicité » et, de là, est-qu’une prétendue information par voie de presse est ou non assimilable à de la publiicité ?

    Dans le passé j’ai eu l’occasion d’avoir à traiter de cette quetion avec des juristes.

    Leur réponse, très simple à retenir, était « Lorsqu’un chiffre est annoncé, quel qu’il soit, tous les autres doivent l’être ».

    L’autre question est bien entendu l’exactitude de l’information/publicité à savoir
    est-ce qu’il est normal (légal) qu’une information de presse laisse croire aux lecteurs que le TAEG est de 9,80% alors qu’en réalité il est proche de 11,80% ?

    Cdt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

:wink: :-| :-x :twisted: :) 8-O :( :roll: :-P :oops: :-o :mrgreen: :lol: :idea: :-D :evil: :cry: 8) :arrow: :-? :?: :!: